Le zéro déchet…de la maison au travail?

Après réflexions, recherches et agissements je commençais à m’habituer à ce nouveau mode de vie et je voyais aussi tous les avantages que le zéro déchet m’apporte sur le long terme (économies, vie plus simple et plus éthique, une santé meilleure…) plein de bonnes choses pour moi et pour mon environnement cela est certain, mais plus j’avançais dans ma réflexion et plus je me disais que c’était vraiment dommage qu’il n’y ai que moi qui en profite! Je me sentais bien dans ma manière de consommer et j’étais persuadée que mes actes avaient de bonnes conséquences c’est pour quoi  je voulais que mon entourage se pose la question si ça vaut la peine d’essayer ou non le zéro déchet. Après cela, c’est à eux de continuer leur bout de chemin et c’est à eux qu’appartiennent leur décision! (mon mari n’est pas un adepte du zéro déchet mais il respecte mon choix et moi le sien)

Pourquoi?

De mon côté, travaillant dans le domaine de l’éducation, je voulais apporter une connaissance « bénéfique » aux enfants. Leur montrer qu’il existe une façon plus simple et plus naturelle de consommer et tout ça, en communauté. Ma conscience professionnelle me poussait à leur partager un projet qui me tient à cœur et qui, sur le long terme leur apporteront de nouvelles connaissances, réflexions et avantages! C’est quand on est enfant que l’on regarde et imite ses parents et les adultes qui nous entourent et c’est à ce moment là qu’il est intéressant de « montrer » aux jeunes une vision différente de la société et de ce qu’elle consomme.
Comme je l’ai dit dans un de mes articles, j’ai grandi dans une famille « très écologique » qui a l’habitude de trier et d’acheter ses aliments chez les petits commerçants, mais pas toutes les familles ont cette manière là de vivre ou plutôt de consommer. Je pense que le plus important ce n’est pas d’imposer ses idées aux autres en leur obligeant de changer mais de les pousser à réfléchir sur une autre manière de vivre qui aspire à plus de simplicité, plus de naturel et d’éthique. Car nous sommes responsable de ce que nous mangeons et faisons!

C’est pourquoi, mon aventure s’est élargie non plus à une dimension personnelle mais professionnelle!

Comment?

Etant sûre de mes convictions, j’en ai parlé à mon équipe. Ils étaient tous très emballés et ont accepté le projet d’une manière très spontanée ce qui m’a permise de prendre confiance et de proposer à mes collègues de me suivre dans mon aventure ce qui a été fait avec motivation et enthousiasme! En deuxième plan, j’en ai profité pour parler de ce projet « au groupe de réflexion ». C’est un petit réseau d’enfants de 5 Harmos et plus qui se réunis un lundi sur deux pour parler de sujets d’actualité (religion, sexualité, environnement…) et aussi pour exprimer ses envies, ses idées pour améliorer la structure mais aussi pour « régler » ou du moin « réfléchir » à une solution lors d’une situation rencontrée qui est difficile, et tout ça avec ma présence.
J’ai expliqué aux enfants le but, les objectifs et les avantages du zéro déchet tout en insistant bien sur le faite que c’est un mode de vie mais qu’ils ne sont pas obligés d’y adhérer et de l’imposer à la maison.  Je leur ai demandé si ils pensaient que ce projet pourrait trouver sa place dans la structure et si ils seraient d’accord de s’y lancer avec mes collègues et moi. Plusieurs questions ont été posées et quelques inquiétudes ont été montrées mais après avoir donné des réponses au mieux, l’ensemble des enfants ont accepté l’aventure! Ce fut alors une mini victoire pour moi d’avoir pu expliquer clairement ce mode de vie et d’avoir pu faire passer un message. Une discussion avec les concierges à également été faite en tant qu’information mais aussi pour avoir leur avis.

Avant de « tout changer » nous avons envoyé un courrier aux parents pour leur informer de ce projet et de leur laisser la possibilité de s’opposer au zéro déchet. Car cela n’allait pas seulement avoir des impacts sur notre manière d’entretenir les locaux mais aussi sur l’hygiène donc l’intimité de leur enfant. (dentifrice fait maison , brosse à dent en bois, serviettes en tissus, linges à mains…) N’ayant pas eu de refus de leur part, nous avons pu commencer les changements!

Janvier 2018

C’est à ce moment là que les choses ont évoluées. Nous avons commencé par commander des brosses à dent en bois « spécial enfants » afin de remplacer celles en plastiques. Plus robustes, écologiques et « design » les enfants les ont assez vite acceptées. Puis le dentifrice fait maison a suivi…certains ont adoré d’autre ont détesté. C’est vrai qu’un dentifrice qui n’a pas le goût de menthe ou de fraise est bizarre et en plus il ne mousse pas. Malgré tout, les plus rétissants ont acceptés d’y goûter et en redemandent encore aujourd’hui! Pour des raisons d’éthique, nous proposons toujours du dentifrice conventionnel aux enfants et nous avons eu quelques réclamations des parents concernant l’efficacité du dentifrice naturel.

Tous nos produits d’entretien ont été changés par du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude (sauf quelques désinfectant que nous devons garder en cas d’épidémie) et le savon pour les mains ainsi que la lessive ont été achetés au vrac. Nous avons commencé des ateliers pour confectionner des pastilles lave-vaisselle et du produit anti-poussière avec les enfants.
Les essuie-tout jetables ont été remplacés par des chiffons pour laver les surfaces (un code de couleur est scrupuleusement respecté par tous afin d’avoir une hygiène irréprochable) et les éponges par des carrés en tissu lavables également. Des serviettes lavables nominatives ainsi que des linges à mains ont pris place dans la structure.

Ces changements ont été faits assez rapidement mais les enfants s’y sont vite habitués contrairement à ce que j’imaginais. « C’est comme ci le zéro déchet à la structure avait toujours existé » ai-je dis à mes collègues et aux parents. Mais ce fut un soulagement car le projet se mettait sur pied sans trop de difficultés et je restais persuadée des avantages de ce mode de vie pour les enfants et également pour mes collègues car bien-sûr, le changement ne touchait pas seulement les enfants mais aussi les adultes!
Nous avons donc continué notre aventure avec le soutien des concierges, des parents et des enfants et dans la continué de notre projet, un « immense » tri à été fait dans toute la structure car nous voulions garder que le nécessaire et offrir aux enfants des jeux en bon état et qui favorisent leur développement. Certes, il y a BEAUCOUP moin de jeux en tout genre mais je dirai que la plupart n’ont pas remarqué de changements. Cela a permis de mieux « respirer » mais aussi de partir à la découvertes de nouvelles choses! Quand on y pense c’est fou ce que l’encombrement nous brouille l’esprit et nous fait perdre les priorités…une nouvelle façon de consommer et de vivre à vu le jour et cela pas que chez moi mais sur mon lieu de travail!

La communication, la base de tout projet…

Fière d’avoir mis en place ce projet avec le soutien de mes collègues et des concierges, de la participation des enfants et de l’accord des parents je ne pouvais pas en rester là! Je voulais que les gens sachent ce que la structure avait fait mais surtout pourquoi. C’est alors que j’ai parlé avec mes collègues d’une idée en lien avec notre projet, celle de faire appel à des journalistes pour que le message que nous avons fait passer aux enfants se répande! Cela a aussi été accepté a l’unanimité (par enfants et parents) et nous avons pu vivre une expérience GÉNIALE!
J’ai fais appel à deux journal; « Arc Info » et « Littoral Région ». J’ai écris un résumé de notre projet et leur en ai fait part, puis quelques jours plus tard, j’ai eu des réponses positives! Ceci était une deuxième victoire car l’idée du zéro déchet à été bien transmise et cela les intéressaient beaucoup.

Une date à été fixée et une rencontre faite avec les deux journaux. Nous leur avons ouverts nos portes et leur avons fait visiter les locaux puis les journalistes ont pu participer à un atelier autour du zéro déchet, dentifrice fait maison et pastilles lave-vaisselle au menu! Un photographe accompagnait le journaliste pour « capturer » des instants de notre mode de vie. Des échanges exceptionnels et des partages de connaissances ont eu lieu. Ceci fut une expérience que je referai sans hésiter! Les enfants étaient fiers de montrer leur brosse à dent, leur serviette lavable et aussi de confectionner devant des adultes du dentifrice et des pastilles lave-vaisselle!
Jettez un oeil sur internet aux articles qui ont paru au moi de mai 2018, simples mais complets un vrai plaisir à lire!

Puis la télévision…

Après que les articles ont parus dans les journaux, beaucoup de retours positifs ont été dis par les parents et des gens nous ont même appelé et écris pour nous féliciter! Et sur les réseaux sociaux, il y a eu beaucoup de partages. C’était incroyable que ce projet ait eu autant de réactions, j’en espérais pas plus!
Puis peu de temps après ça, une journaliste de la chaîne RTS m’a appelé pour savoir si j’accepterais de passer à la télévision avec les enfants car un reportage sur « mon geste pour la planète c’est… » aura bientôt lieu. J’en revenais pas! L’idée même de passer dans un journal était déjà tellement incroyable alors passer à la tété! Une nouvelle fois une discussion faite avec mes collègue et une autorisation des parents demandée, l’aventure à pris des dimensions plus large!

Cameraman, photographe et journaliste sont venus à la structure pour tourner un reportage sur le zéro déchet. Les enfants étaient très agités et moi stressée mais nous nous sommes tous bien amusés et ceci restera dans nos mémoires!
Je vous laisse également jeter un œil sur le site de la RTS sur couleurs locales pour voir le reportage! J’en suis très satisfaite et je trouve que la base du zéro déchet est expliquée de manière claire et innocente. Bonne lecture et visionnage!
Voici le lien; https://www.rts.ch/play/tv/couleurs-locales/video/une-neuchateloise-inculque-la-philosophie-zero-dechet-aux-enfants-des-leur-plus-jeune-age?id=9659839

PS: Vous pouvez aussi aller sur Facebook et me retrouver sous « Séverine Rollier » vous trouverez la vidéo et découvrirez d’autres articles sur le zéro déchet.

Si je peux me permettre de vous donner un conseil; Lorsque vous avez un projet qui vous tient à cœur comme celui-ci n’hésitez pas à le crier sur tout les toits! Soyez en fiers et nous vous découragez pas! Vous vivrez quelque chose d’unique et ça en vaut vraiment la peine! 

Actuellement, nous continuons notre aventure dans le zéro déchet avec de nouveaux enfants et nous comptons bien la vivre encore et encore! Et j’espère qu’un jour d’autres structures nous suivront mais il y a encore pas mal de boulot de communication à faire mais je garde espoir et ne me découragerai pas! Car allons savoir, peut-être que d’autres familles nous suivront à leur tour…et vous?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *